FOIRE AUX QUESTIONS

ok.png

?

QUESTIONS FRÉQUENTES SUR LES VACCINS

© Freepik by pch.vector

 

Questions courantes sur les vaccins ARNm

Qu’est-ce que l’ARNm ?


« ARNm » est une abréviation pour « acide ribonucléique messager ». Il s’agit d’une molécule présente dans les cellules du corps humain qui a comme fonction le transport d’une partie de l’information génétique servant à la synthèse d’une protéine.

Le génome, présent sous forme d’ADN dans nos cellules, contient l’ensemble des plans de fabrication des protéines. Une partie de l’information de cet ADN peut être recopiée sous forme d’ARNm et va servir à la synthèse d’une protéine par les ribosomes, qui sont les usines fabrication.

(Source : Inserm)




Est-ce qu’un vaccin à ARNm modifie notre génome ?


Non, les vaccins à ARNm ne sont pas capables de modifier notre génome. Les cellules humaines ne possèdent pas les outils nécessaires pour fabriquer de l’ADN à partir de l’ARNm présent dans les vaccins. De plus, l’ARNm n’est pas capable de pénétrer dans le noyau de la cellule où se trouve l’ADN.

Même en cas d'infection par un rétrovirus tel que le VIH, l'ARN contenu dans les vaccins ne peut pas être reconnu et rétrotranscrit en ADN. En effet l'ARN synthétiques des vaccins est modifié et n'intéragit pas avec les outils permettant l'intégration dans le génome. Aucune étude sur les vaccins actuels n'a été publiée à ce sujet.

(Sources : Inserm, OFSP)




Quel est le principe d’un vaccin à ARNm ?


L’ARNm synthétique des vaccins injecté dans le corps humain ressemble fortement à l’ARNm produit dans nos cellules. Nos cellules confondent ces deux molécules et les interprètent de la même manière. Les cellules vont alors produire une protéine du virus que le corps va reconnaître comme étrangère et combattre en produisant notamment des défenses à long terme.

(Source : Kramps, T., & Elbers, K. (2017). Introduction to RNA vaccines. RNA Vaccines, 1-11.)




Pourquoi les vaccins à ARNm doivent être conservés à température négative ?


L’ARNm est une molécule très fragile et sensible à l’environnement qui l’entoure. Elle risque donc de se dégrader rapidement à température élevée et le vaccin perdrait alors de son efficacité. C’est pour cela qu’actuellement le vaccin de Pfizer/BioNTech doit se conserver à des températures comprises entre -90 et -60 °C et celui de Moderna entre -25 et -15°C.

(Sources : Inserm, SwissmedicInfo)

Pour plus d’informations : Les condtions de stockage de ces deux vaccins à ARNm sont disponibles dans la rubrique Remarques particulières ( Pfizer/BioNTech et Moderna)




Comment sont testés les vaccins ?


Les vaccins sont tout d’abord testés sur les animaux, puis sur un petit nombre de volontaires. Si les résultats d’efficacité et de sécurité sont concluants, des études cliniques avec un grand nombre de participants sont effectuées afin de tester l’efficacité et la sécurité du vaccin. Par exemple, pour le vaccin Pfizer/BioNTech 43'5481 personnes ont participé à cette étude et pour le vaccin de Moderna 30'4202 personnes. Après avoir reçu leur autorisation de mise sur le marché par l’EMA et SwissMedic, une surveillance post-marketing est réalisée.

(Sources : OMS)





 

Questions courantes sur les vaccins pour prévenir le COVID-19

Pourquoi se faire vacciner contre le COVID-19 ?


Pour se protéger soi-même, pour protéger les personnes vulnérables, à risque de développer des formes graves de la maladie et ainsi diminuer les hospitalisations. Elle permet de faire évoluer l’immunité de groupe et permet une moindre circulation du virus. Elle permet aussi de se protéger contre les conséquences sociales et économiques de la maladie.

En Suisse, la vaccination reste cependant une démarche personnelle et volontaire.

(Source : ge.ch)




Quelle est la composition de ces vaccins à ARNm ?


Les deux vaccins disponibles en Suisse ont une composition différente bien que leur mode d’action soit identique. Ils contiennent tous les deux des molécules d’ARNm synthétiques qui servent à produire l’antigène d’intérêt, c’est-à-dire la protéine S du SARS-CoV-2. Les vaccins de Pfizer/BioNTech et de Moderna contiennent également un allergène connu le polyéthylène glycol (PEG). Les réactions allergiques dues aux PEG restent cependant très rares. Ils sont tous deux composés de lipides qui servent à emprisonner les molécules d’ARNm dans des nanoparticules. Les deux vaccins ne contiennent ni aluminium ni adjuvants ce qui est un des avantages des vaccins ARNm.

(Source : SwissmedicInfo)

Pour plus d’informations : La composition de ces deux vaccins à ARNm est disponible dans la rubrique Composition (Pfizer/BioNTech et Moderna).




Comment fonctionnent les vaccins à ARNm contre le COVID-19 ?


Les vaccins Covid-19 à ARNm permettent la production d’une protéine S (protéine Spike). Cette protéine se retrouve à la surface du SARS-CoV-2 et lui permet d’entrer dans nos cellules. Une fois le vaccin injecté, cette protéine va être produite par les cellules musculaires et immunitaires de notre corps au niveau du site d’injection et être présentée à la surface des cellules. Cette protéine étrangère à notre corps va engendrer une réponse immunitaire par la formation notamment d’anticorps et de lymphocytes T qui vont pouvoir neutraliser le virus et éviter la maladie, lorsque la personne sera en contact avec le SARS-CoV-2.

(Source : Swissmedic)




Quels sont les effets secondaires à court terme de ces vaccins à ARNm?


Tous les médicaments possèdent un profil d’effets indésirables, les vaccins aussi. Le plus souvent, les effets secondaires rapportés sont des réactions au niveau du site d’injection (rougeurs, démangeaisons, gonflements). Il arrive également que surviennent des symptômes plus généraux de type grippaux tels que maux de tête, douleurs musculaires, fatigue, fièvre légère et frissons. Ces effets restent légers et disparaissent généralement après 1 à 3 jours. Il se peut, dans de rares cas, que soient observés des effets secondaires plus graves tels que des réactions allergiques sévères qui nécessitent une prise en charge rapide mais pour lesquels le personnel de vaccination est formé.

(Sources : SwissmedicInfo, OFSP)

Pour plus d’informations : Il est possible de retrouver les déclarations d’effets indésirables présumés faites auprès de Swissmedic. Ce site est régulièrement mis à jour.




Quels sont les effets secondaires à long terme du vaccin à ARNm?


Actuellement, il est impossible de prédire les effets potentiels sur le long terme de manière certaine. En général, la majorité des effets indésirables se déclarent rapidement après une vaccination mais on ne peut pas exclure la possibilité d’éventuels effets sur un plus long terme. Les études cliniques menées sur le vaccin de Pfizer/BioNTech et le vaccin Moderna n’ont démontré aucun effet grave sur une période de 2 mois. Ceci reste encore à prouver sur un plus long terme et des études de suivi sur 2 ans sont en cours pour ces vaccins.

(Source : OFSP)

Pour plus d’informations : Il est possible de retrouver les déclarations d’effets indésirables présumés faites auprès de Swissmedic. Ce site est régulièrement mis à jour.




Quelle est la durée de protection de ces vaccins à ARNm


La protection contre le SARS-CoV-2 commence environ 2 semaines après avoir reçu la 2ème dose du vaccin, celle-ci étant nécessaire pour garantir une immunité à long terme. La durée de protection après la vaccination est actuellement toujours en cours d’études. Pour l’heure, il n’est donc pas encore possible de se prononcer si la durée de protection conférée par ces deux vaccins se compte en mois ou en années. Il n’est pas impossible qu’une vaccination de rappel soit nécessaire après un certain délai, comme c’est le cas avec d'autres vaccins (ex. grippe).

(Sources : OFSP, INFOVAC)




Quelles sont les efficacités de ces vaccins à ARNm?


Les deux vaccins à ARNm autorisés et utilisés en Suisse sont considérés comme très efficaces contre la forme symptomatique du Covid-19. Selon les études cliniques réalisées, après 2 doses de vaccins, celui de Pfizer/BioNTech a conféré une protection de 95 % contre le Covid-19 chez les personnes âgées de 16 ans ou plus et celui de Moderna une protection de 94% chez les personnes âgées de 18 ans ou plus. En revanche, il est encore impossible à ce stade de déterminer avec certitude que la vaccination protège de la transmission aux personnes non vaccinées.

(Source : OFSP)




Peut-on attraper le COVID-19 en se faisant vacciner ?


Non, car les deux vaccins autorisés en Suisse contiennent seulement de l’ARNm qui va permettre la fabrication de la protéine Spike du virus et non pas le coronavirus en entier.

(Source : OFSP)




Est-ce utile de se faire vacciner si on a déjà eu le COVID-19 ?


En sachant que l’immunité induite à la suite de l’infection par le SARS-CoV-2 est limitée dans le temps, il est recommandé de se faire vacciner même pour les personnes qui ont déjà eu le Covid-19. Bien que la durée exacte de protection induite par l’infection n’ait pas été encore clairement établie, une récente étude semble démontrer que celle-ci persisterait au moins jusqu’à 8 mois, bien qu’elle régresse au cours du temps.

En Suisse, il est tout de même recommandé de se faire vacciner, même si on a déjà eu le Covid-19, en attendant au moins 3 mois après l’infection.

(Source : OFSP)




Peut-on se faire vacciner pendant la grossesse ?


La vaccination contre le Covid-19 pendant la grossesse n’était généralement pas recommandée en Suisse, faute du manque de données, sauf pour les femmes susceptibles de développer une forme sévère du Covid-19 en raison de maladies chroniques. Actuellement, en prenant en compte les premières données disponibles, la vaccination peut être envisagée pour un groupe plus étendu, c'est à dire aux femmes enceintes présentant un risque élevée et qui souhaitent se faire vacciner. Cette décision repose cependant sur une évaluation des bénéfices et des risques. La vaccination ne reste toutefois pas possible au cours du 1er trimestre de grossesse.

(Sources : OFSP, SwissmedicInfo)




Peut-on se faire vacciner si on a des allergies ?


Le fait d’être allergique n’est pas une contre-indication à la vaccination. En revanche, elle n’est pas recommandée chez les personnes ayant une forte allergie à l’un des composants du vaccin tel que les PEG, ou chez celles qui ont fait des réactions allergiques très sévères dans le passé, comme des réactions anaphylactiques. Cependant, même si une réaction allergique grave apparaît, les professionnels de santé savent comment la traiter. La fabrication du vaccin ne comporte pas de culture sur œufs de poule et n’est pas contre-indiqué chez les personnes allergiques aux protéines d’œufs.

(Source : OFSP)

Pour plus d’informations: La composition de ces deux vaccins à ARNm est disponible dans la rubrique Composition (Pfizer/BioNTech et Moderna).




Combien de personnes doivent être vaccinées pour enrayer la pandémie ?


A l’heure actuelle, ce chiffre est encore inconnu.

Outre le nombre de personnes vaccinées, le temps qui sera nécessaire pour mettre fin à cette pandémie dépend aussi d’autres facteurs tels que l’efficacité des vaccins, leur mise à disposition, la rapidité de vaccination et l’apparition de nouveaux variants.

(Source : OMS)

Pour plus d’informations : Il est possible de suivre l’avancée de la vaccination en Suisse et dans le monde.




Quelle est l’efficacité de ces vaccins à ARNm par rapport aux variants ?


Les vaccins sont également efficaces contre le variant britannique. Concernant les autres variants (sud-africain et brésilien), rien n’a encore été prouvé concernant une potentielle baisse d’efficacité des vaccins.

(Source : OFSP)





 

Questions sur la situation de la vaccination en Suisse

La vaccination en Suisse est/va-t-elle être obligatoire ?


Non, en Suisse il n’est pas obligatoire de se faire vacciner et il n’est pas prévu que cela le devienne : c’est une démarche volontaire.

Selon la loi sur les épidémies (LEp), la vaccination peut être déclarée obligatoire par la Confédération (Art. 6) et les cantons (Art. 22) pour des groupes à risque, personnes particulièrement exposées ou exerçant certaines activités uniquement si un danger sérieux est établi.




Quelle différence y a-t-il entre les deux vaccins ARNm utilisés en Suisse ?


Le vaccin de Pfizer/BioNTech est accessible actuellement uniquement pour les personnes âgées de 12 ans et plus alors que celui de Moderna pour les personnes âgées de 18 ans et plus. La deuxième dose du vaccin de Pfizer/BioNTech doit être administrée à minimum 21 jours d’intervalle avec la première tandis que pour celui de Moderna, cet intervalle est de 28 jours. Les deux vaccins contiennent des excipients différents. La température de stockage du vaccin de Pfizer/BioNTech doit être comprise entre -90 et -60 °C et celui de Moderna entre -25 et -15°C.

(Source : SwissmedicInfo)

Pour plus d’informations : La compositon et les condtions de stockage de ces deux vaccins à ARNm sont disponibles dans les rubrique Composition et Remarques particulières (Pfizer/BioNTech et Moderna).




Quel est l’ordre de vaccination ? Quand pourrais-je me faire vacciner ?


Le nombre de doses de vaccin étant limité, la priorité absolue a été donnée aux personnes de plus de 75 ans, aux personnes atteintes de maladies chroniques qui présentent un risque accru de développer une forme grave du Covid-19 et aux résidents d’EMS. De plus, le personnel en contact avec les résidents de ces EMS a eu la possibilité de se faire vacciner en même temps.

La stratégie vaccinale suisse repose donc sur la vaccination des groupes cibles suivants (par ordre de priorité) :

1. Personnes vulnérables

2. Personnel de santé en contact avec des patients et accompagnant les personnes vulnérables

3. Contacts étroits des personnes vulnérables (membres du ménage)

4. Personnes résidant dans une institution communautaire qui présente un risque d’infection et un potentiel de flambée (p. ex. institutions pour personnes handicapées)

5. Adultes à partir de 18 ans (vaccin de Moderna) ou à partir de 16 ans (vaccin de Pfizer/BioNTech)

6. Les adolescents entre 12 et 15 ans qui souhaitent se protéger (vaccin de Pfizer/BioNTech)

Pour l’instant, il n’y a pas de vaccination prévue pour les enfants de moins de 12 ans.

Le moment auquel chaque groupe cible aura la possibilité de se faire vacciner dépend du nombre de doses de vaccins disponibles et le nombre de personnes souhaitant le faire.

(Source : OFSP)

Pour plus d’informations: Vous trouverez de plus amples informations sur le site internet de votre canton respectif.




Faut-il continuer à respecter les règles d’hygiène après s’être fait vacciner ?


Du fait du développement rapide du vaccin contre le Covid-19 et du manque d’études à long terme, il n’est actuellement pas possible de savoir si la vaccination protège de la transmission du virus aux personnes non-vaccinées. Pour prendre le moins de risques possibles et protéger les personnes vulnérables, il est donc nécessaire de continuer les quarantaines et de respecter, même après s’être fait vacciner, les mesures d’hygiènes recommandées (désinfection des mains, masques, distance), et ceci jusqu’à nouvel ordre.

(Source : OFSP)

Pour plus d’informations : Pour rappel, les règles d'hygiène à suivre se trouve sur le site de l'OFSP.